Quoi de neuf?

Darwin était-il chrétien ? Croyait-il en Dieu ? A-t-il réfuté la théorie de l'évolution avant de mourir ?

Voyez cette page en: anglais (english)

Note des éditeurs : Beaucoup de gens sont persuadés que Charles Darwin, le père fondateur des évolutionnistes, a renoncé à sa théorie et est mort en chrétien. En réalité, cela est dû de nombreuses rumeurs qui se sont répandues à propos de sa mort, et au fait qu'il soit enterré à l'abbaye de Westminster. Cet article vous révèle la vérité sur ces événements.


La réflexion et les écrits de Darwin au sujet de l'évolution et de la sélection naturelle lui ont fait rejeter la présence évidente de Dieu dans la nature, et l'ont finalement conduit à renoncer à la Bible, à Dieu et à la foi chrétienne.

Pensées et influences religieuses de Darwin jeune homme

Pendant sa jeunesse, Darwin n'a pas manqué de contact avec la religion. On a enseigné la prière au jeune Charles, baptisé dans la foi anglicane et immergé dans l'unitarisme de sa mère. Au sujet du trajet qu'il faisait en courant vers l'école, il a écrit :

"Il me fallait souvent courir très vite pour être à l'heure, et ma rapidité me permettait généralement d'y parvenir; mais quand, dans le doute, je priais ardemment Dieu de m'aider, je me souviens sans peine que j'attribuais mon succès à ces prières et non à ma course rapide, et j'étais émerveillé d'être si souvent aidé."

Il avait laissé tomber ses études de médecine après deux années passées à Edinburgh quand son père lui suggéra de devenir membre du clergé anglican. Charles n'était pas certain de pouvoir accepter les Trente-neuf Préceptes de l'Eglise d'Angleterre. Plus tard, il écrit cependant:

"J'aimais assez l'idée d'être pasteur de campagne. De ce fait, je lus avec attention "Pearson on the Creed et quelques autres livres sur la théologie et, comme à ce moment je n'avais pas encore le moindre doute quant à la stricte et littérale véracité de chaque mot de la Bible, je me persuadai bien vite que notre credo devait être accepté dans son entièreté."

Au cours de ses trois années d'études de théologie au Christ's College de Cambridge, il fut grandement impressionné par les “Evidences of Christianity” de Paley et par sa “Natural Theology” (qui soutient l'existence de Dieu en se basant sur la complexité de la nature). Il se souvient :

William Paley portrait.
William Paley
"J'aurais parfaitement pu écrire moi-même les "Evidences", mais bien sûr pas dans le langage clair employé par Paley", et "Je ne pense pas avoir jamais admiré un livre autant que la “Natural Theology” de Paley. Je pourrais presque le réciter par coeur."

Dans une lettre de condoléance envoyée à un ami endeuillé à cette époque-là, il parlait du "réconfort si pur et saint qu'apporte la Bible" en comparaison de "la sympathie impuissante que les amis peuvent témoigner".

Il écrit que son intention de devenir pasteur ne fut "jamais consciemment abandonnée mais qu'elle s'éteignit d'une mort naturelle" lorsqu'il rejoignit le HMS Beagle en tant que naturaliste non rémunéré à son départ de Cambridge. L'influence religieuse ne disparût pas dans sa vie pour autant. Son statut officiel était celui de compagnon du capitaine, et pendant les cinq années qui suivirent, il assista régulièrement à la lecture et l'interprétation de la Bible.

Le capitaine Robert Fitzroy était un homme profondément religieux qui croyait en chaque mot de la Bible; il présidait lui-même le service religieux dimanche après dimanche, et chaque personne à bord était obligée d'y assister.

Darwin se souvint plus tard de sa propre position orthodoxe sur le plan doctrinal quand, lors d'une conversation avec plusieurs officiers, il dit de la Bible, à leur grand amusement, qu'elle est "une autorité incontestable en matière de moralité". A Bueno Aires, lui et un autre officier prièrent un aumônier de leur présenter la Sainte Cène avant qu'ils ne s'aventurent au fin fond de la Terre de Feu.

Charles Darwin - young man.
Un tableau de Charles Darwin jeune homme qui se trouve à Down House.

Evolution de ses convictions

Malgré les nombreuses influences religieuses qui s'exercèrent sur la vie de Darwin, la foi de celui-ci entama son déclin dès qu'il commença à douter de la véracité des premiers chapitres de la Genèse. Son refus d'accepter ce que dit la Bible trouva certainement son origine, et un appui certain, dans le premier volume des “Principes de Géologie” de Charles Lyell, tout fraîchement publiés, qu'il lut à bord du bateau (le second volume, publié après que le Beagle eut quitté l'Angleterre, fut envoyé à Darwin à Montevideo). Ce livre, vraiment révolutionnaire pour l'époque, ridiculisait subtilement la croyance d'une création récente de la terre, au profit d'une création plus ancienne; il réfutait également le caractère mondial du déluge de l'époque de Noé et, ce faisant, il reniait aussi le jugement divin.

En partant de la maxime de James Hutton qui dit que tous les processus naturels se sont perpétués depuis leur origine (2 Pierre 3:4), le livre de Lyell a fourni à Darwin la structure temporelle des grandes ères géologiques nécessaire pour que sa théorie de l'évolution par sélection naturelle “fonctionne”. Un rédacteur d'une biographie de Darwin a écrit que, pour celui-ci, la lecture du livre de Charles (Lyell) a été le 'point à partir duquel il s'est écarté de l'orthodoxie.'.

A la mort de Lyell en 1875, Darwin déclara qu'il "n'oublierait jamais qu'il devait presque toutes ses réalisations scientifiques à l'étude des oeuvres grandioses du défunt".

Inévitablement, plus Darwin se persuadait lui-même que l'évolution des espèces découlait d'une longue suite de modifications progressives dues au hasard, plus il éprouvait des difficultés à accepter que non seulement le récit de la création présent dans la Genèse mais aussi le reste de l'Ancien Testament soient d'inspiration divine. A ce sujet, il dit dans son autobiographie :

Charles Darwin photograph.
Charles Darwin
"A ce moment, [entre 1836 et 1839] je compris progressivement qu'il n'y avait pas plus de raisons de croire à l'Ancien Testament qu'aux écrits hindous ou aux croyances de n'importe quel barbare."

Lorsque vint le moment pour Darwin de mettre par écrit les résultats de ses investigations scientifiques, il se retrouva devant un choix. Il pouvait soit considérer que ce qu'il avait observé était compatible avec le récit de la Genèse qui parle d'une création surnaturelle, soit voir ces choses sous l'éclairage du naturalisme, compatible avec la théorie des ères géologiques de Lyell. C'est cette dernière conclusion qu'il choisit, ce qui revient à dire que tout dans la nature est le résultat d'un événement accidentel, le fruit du hasard, plutôt que l'expression d'un plan divin cohérent et voulu. Après plusieurs années (en 1859), ce choix déboucha sur la parution de "L'origine des Espèces".

En 1844, au cours de la rédaction de cet ouvrage, il écrivait à son ami Joseph Hooker : "Je suis presque convaincu […] que les espèces ne sont pas immuables (c'est presque comme confesser un meurtre)". C'est à propos de cette phrase que Ian Taylor écrit que "de nombreux commentateurs ont mis en exergue que le “meurtre” dont il parle est en réalité le meurtre de Dieu".

Après avoir abandonné l'Ancien Testament, Darwin rejeta aussi les Evangiles. La perte de sa foi dépendait de plusieurs facteurs, dont son rejet des miracles : "plus nous en savons sur les lois établies de la nature, plus les miracles perdent de leur crédibilité". Il renia également les auteurs des Evangiles : "les hommes de cette époque étaient si ignorants et crédules que cela dépasse notre compréhension"; puis, il refusa d'accepter la chronologie des Evangiles : "on ne peut pas prouver que les Evangiles aient été écrits à l'époque où ces événements se sont déroulés". Ensuite il questionna les faits rapportés dans les Evangiles : "ils diffèrent par de nombreux détails importants, trop importants à mes yeux, je crois, pour qu'ils puissent être jugés recevables même en tenant compte des inexactitudes habituelles des témoins oculaires".

"Suite à ces différentes constatations", écrivit-il, "j'en suis peu à peu venu à ne plus croire que le christianisme soit d'inspiration divine".

Une autre fois, il écrivit : "Je n'abandonnai le christianisme qu'à l'âge de 40 ans". Or, il passa le cap des 40 ans en 1849. A ce sujet, le biographe James Moore dit : "… à l'instar de sa carrière cléricale qui s'éteignit d'une lente “mort naturelle”, sa foi dépérissait lentement".

L'un des effets immédiats du rejet de la Bible fut pour Darwin la perte de tout le réconfort qu'il pouvait y trouver. La peine dépourvue d'espérance présente dans les lettres de condoléances qu'il écrivit ultérieurement montre un contraste amer par rapport à la lettre aux endeuillés citée plus haut. En 1951, sa bien-aimée fille Annie, âgée de 10 ans, mourut de ce que le médecin appelait une "fièvre bilieuse à caractère typhoïde." Ecrasé de douleur, Charles écrit : "Notre seule consolation est qu'elle vécut une vie heureuse, bien que courte". Deux ans plus tard, le seul conseil que, que Darwin donna à un ami qui avait perdu un enfant était de "laisser passer le temps, qui calme et adoucit les regrets et les sentiments".

Charles Darwin portrait
Charles Darwin

L'influence de ses ancêtres

Il est important de signaler un facteur majeur qui a contribué à l'apostasie de Darwin : il s'agit de l'influence de son père, Robert, et de son grand-père, Erasme. Ils étaient tout deux des 'libres penseurs', ce qui explique que l'incrédulité - perçue non comme une "crise morale de rébellion mais peut-être même comme un “devoir familial” - ait été acceptable au sein de la famille Darwin. D'ailleurs, lorsqu'en 1838 Charles se fiança à Emma Wedgwood, une pieuse unitariste, son père ressentit le besoin de lui conseiller de taire ses doutes religieux à son épouse, car les autres ménages n'avaient pas de discussion à propos de tels sujets.

Entouré comme il l'était de non-croyants, et l'esprit imprégné de littérature rejetant tout concept de jugement divin dans l'histoire de la Terre, Charles songeait :

"Je peux difficilement comprendre pourquoi quelqu'un souhaiterait que le Christianisme soit la vérité, car s'il l'était, il semble que son contenu montre que les hommes qui ne croient pas, et cela inclurait mon père, mon frère et la plupart de mes meilleurs amis, seraient voués au châtiment éternel; et c'est là une doctrine condamnable,"

Sa descente dans les ténèbres

La descente vers les ténèbres ne s'arrêta pas là. En 1876, Darwin écrivît dans son autobiographie :

"Jadis je fus conduit à la ferme conviction de l'existence de Dieu et de l'immortalité de l'âme. Dans mon journal, je notai que, me tenant au coeur de la magnificence d'une forêt brésilienne, 'il est impossible d'exprimer le sentiment d'émerveillement, d'admiration et de consécration qui envahit et élève l'esprit'. Je me souviens bien de la certitude que j'avais alors de ce qu'un homme est plus qu'un corps doté de respiration. Mais à présent, même le plus grandiose paysage n'éveillerait plus dans mon esprit de telle conviction ou de sentiments."

En 1880, Charles écrivit, en réponse à un correspondant : "Je suis désolé d'avoir à vous informer que je ne crois pas que la Bible soit d'inspiration divine, et pas davantage que Jésus-Christ soit le Fils de Dieu."

Au cours de la dernière année de son existence, alors que le Duc d'Argyll avançait que certains éléments de la nature semblaient "témoigner du dessein et de l'action d'une intelligence", Charles le regarda fixement et dit : "En réalité, cette réflexion m'envahit fréquemment mais… en d'autres occasions, elle semble s'évanouir", ajouta-t-il en secouant lentement la tête. Durant la même période, il écrivit à son vieil ami Joseph Hooker : "Je dois attendre mon entrée au cimetière de Down avec autant d'impatience que s'il s'agissait du plus bel endroit sur terre".

Charles Darwin - elderly (photograph).
Charles Darwin reconnut lui-même être agnostique vers la fin de sa vie. Il mourut à Down House, "après plusieurs heures de nausées, de vomissements intenses et de haut-le-coeur."

Darwin revint-il sur sa théorie de l'évolutionnisme sur son lit de mort ?

Charles Darwin mourut le 19 avril 1882 à l'âge de 73 ans. Certaines personnes trouvaient déplorable qu'il soit mort incroyant, et dans les années qui suivirent sa mort, plusieurs histoires à propos de la conversion de Darwin et de son désaveu de l'évolution firent leur apparition. Elles furent même insérées dans des prédications dès le mois de mai 1882.

La plus connue reste cependant celle attribuée à une certaine Lady Hope, qui dit avoir visité Charles tandis qu'il était alité à Down House au cours de l'automne 1881. Elle prétendait qu'il était en train de lire l'épître aux Hébreux lorsqu'elle arriva, qu'il fut dans l'angoisse lorsqu'elle fit mention du récit de la création selon le livre de la Genèse, et qu'il lui demanda de revenir le jour suivant pour parler de Jésus à un groupe d'une trentaine de personnes, domestiques, locataires et voisins, qui vivaient, dit-il, dans la résidence d'été du jardin. Cette histoire apparut pour la première fois sous la forme d'un article de 521 mots dans le Watchman Examiner, un périodique baptiste américain; elle fut ensuite reproduite de nombreuses fois dans des livres, des magazines et des tracts.

Le problème principal quant à ces histoires est qu'elles furent toutes réfutées par les membres de la famille de Darwin. Le 8 février 1887, Francis Darwin écrivait à Thomas Huxley que la rumeur prétendant que Charles avait renoncé à sa théorie de l'évolution sur son lit de mort était “fausse et sans aucun fondement” et, en 1917, Francis affirmait encore qu'il n'avait "aucune raison de croire qu'il [son père] ne s'était jamais détourné de son point de vue agnostique". La fille de Charles (Henrietta Litchfield) publia en page 12 de l'hebdomadaire évangélique londonien “The Christian” du 23 février 1922 :

"J'étais au chevet de son lit de mort. Lady Hope ne s'y est jamais trouvée, ni pendant la dernière maladie de mon père, ni durant aucune autre. Je suis persuadée qu'il ne la même jamais rencontrée, mais quand bien même il l'aurait fait, elle n'exerçait d'influence sur aucun des domaines de son esprit ou de ses croyances. Jamais il n'a renoncé à une seule de ses opinions scientifiques, que ce soit à ce moment-là ou précédemment. Toute cette histoire n'a aucun fondement." [La légende de Darwin]
Grave of Lady Hope. Photo copyrighted, Creation Ministries International.
Lady Hope a bien existé. Voici sa pierre tombale!

Le Dr James Moore, biographe de Darwin et conférencier d'histoire de la science et de la technologie à l'Open University du Royaume-Uni, a passé 20 années de sa vie à faire des recherches dans trois continents. Il en est sorti un livre de 218 pages qui traite de ce qu'il appelle la “légende Darwin”. [The Darwin Legend] Il confirme l'existence d'une dénommée Lady Hope, née Elizabeth Reid Cotton en 1842, et mariée à l'Amiral Sir James Hope, veuf et retraité, en 1877. Elle se lança dans l'évangélisation sous chapiteau et dans les visites aux personnes âgées et aux malades dans le Kent dans les années 1880; en 1922, elle mourut des suites d'un cancer à Sydney, Australie, où sa tombe est encore visible à ce jour. [The Darwin Legend]

Moore conclut que Lady Hope a vraisemblablement rendu visite à Charles entre le mercredi 28 septembre et le dimanche 2 octobre 1881, presque certainement en l'absence de Francis et d'Henrietta, mais Emma, la femme de Charles, était probablement présente. Moore dépeint Lady Hope comme "une narratrice douée de talent, capable de rapporter de poignantes scènes et conversations tout en les enjolivant de sentimentalisme spirituel". [The Darwin Legend]

Il fait également remarquer que les récits qu'elle a publié contiennent d'authentiques détails concernant les lieux et les dates, mais aussi certaines inexactitudes quant aux faits réels : Charles ne fut pas alité pendant les six derniers mois de son existence, et la résidence d'été était bien trop exiguë pour y accueillir 30 personnes. Cependant, la chose la plus importante concernant ce récit est qu'il ne dit nulle part que Charles a renoncé à sa théorie évolutionniste, ni qu'il a adhéré au christianisme. Il relate simplement la préoccupation de Charles à propos de l'avenir des spéculations de sa jeunesse, et ses paroles en faveur de quelques personnes désireuses d'assister à une réunion religieuse.

Les soi-disant conversion et abjuration sont en réalité un embellissement que d'autres personnes ont bien voulu s'imaginer ou lire entre les lignes. Moore les qualifient de “saintes inventions”!

Il faut noter que, durant la majeure partie de sa vie de femme mariée, Emma souffrit profondément des opinions irréligieuses de Darwin et qu'elle se serait empressée d'appuyer tout récit relatant une sincère conversion si celle-ci avait eu lieu. Or, ce ne fut jamais le cas.

Dès lors, il apparaît comme certain que Darwin ne s'est jamais rétracté, et il est vraiment dommage que le récit de Lady Hope se retrouve encore de temps en temps publié et distribué par des personnes pleines de bonnes intentions.

Conclusion

Charles Darwin était un homme tragiquement engoncé dans l'erreur, qui se détourna d'une confiance enfantine en un Être qui l'aidait à arriver à l'heure à l'école, pour se plonger dans un abîme de désespoir et d'agnosticisme. Alors que le parcours spirituel d'un chrétien est un voyage de l'obscurité à la merveilleuse lumière de Christ, celui de Darwin fut une vertigineuse glissade qui l'entraîna de la lumière de l'Evangile (même si ce n'était pas la compréhension spirituelle qui sauve) vers « l'obscurité terrible des ténèbres pour toujours".

L'incrédulité de Darwin, semblable à celle de tant de nos contemporains, trouve sa source dans un esprit qui rejeta premièrement la révélation de Dieu dans la Bible pour ensuite refuser aussi d'accepter la manière dont Dieu se révèle Lui-même au travers de la nature. Cette religion de la révélation, de la Bible et du Seigneur Jésus-Christ nous garde tournés vers la vérité, l'espoir et la vie en Dieu, et loin de l'évolutionnisme, de l'humanisme et de l'athéisme si nous laissons sa puissance agir dans nos coeurs. Il est tragique que Darwin ne l'ait pas fait.

ALSO SEE


Références et notes de bas de page

  1. [priait ardemment] prayed earnestly - Life and Letters of Charles Darwin, D. Appleton and Co., New York, 1911, Vol. 1, p. 29. retour au texte

  2. [le Crédo]the Creed - ibid, Vol. 1, p. 39. retour au texte

  3. 'Evidences' - ibid, Vol. 1, p. 41. Les thèmes préférés de Charles lorsqu'il était à Cambridge étaient Paley et Euclide. retour au texte

  4. [La théologie naturelle]'Natural Theology' - ibid, Vol. 2. p. 15. (C. Darwin to John Lubbock, November 15, 1859). retour au texte

  5. [réconfort] comfort - ibid, Vol. 1, p. 153. (C. Darwin to D. Fox, April 23, 1829). retour au texte

  6. [mort naturelle] natural death - ibid, Vol. 1, p. 39. retour au texte

  7. [une autorité incontestable] unanswerable authority ibid, Vol. 1, p. 277. retour au texte

  8. [La Sainte Cène] Lord's Supper - ibid, Gertrude Himmelfarb, Darwin and the Darwinian Revolution, Chatto and Windus, London, 1959, p. 54. return to text

  9. [point de départ] point of departure - Glass, Bentley, Editor, Forerunners of Darwin. 1745-1859. Chapter by Francis Haber (The Johns Hopkins Press, 1959), p.259, quoted by Bolton Davidheiser, Evolution and Christian Faith, Presbyterian and Reformed Publishing Co., New Jersey, 1969, p. 60. retour au texte

  10. [Je n'oublie jamais] I never forget - Ref 1 ,Vol. 2, p. 374. (C. Darwin to Miss Buckley, Sir Charles Lyell's secretary February 23, 1875). retour au texte

  11. [n'importe quel barbare] any barbarian - ibid, Vol. 1, p. 277. Note: les mots “et des croyances de n'importe quel barbare” présents dans l'autobiographie originale de Darwin (rédigée en 1876 à l'intention de sa famille) furent supprimés par son fils Francis, devant l'insistance de sa veuve Emma, de la version éditée après sa mort, ainsi que ses opinions sur l'Ancien Testament qu'il qualifiait de "fausse histoire du monde, avec la Tour de Babel, la signification donné à l'arc-en-ciel, etc. etc." (ref. 8, p. 317). La version non censurée de cette autobiographie, publiée en 1958 par Lady Nora Barlow, la petite-fille de Charles, recensait quelque 6000 mots autrefois effacés par Francis et Emma, et qui avaient trait pour la plupart à la nature irréligieuse de Darwin, et "auraient pu ternir sa réputation". (Source: Ian Taylor, In the Minds of Men, TFE Publishing, Toronto, 1984, pp. 115 and 449, note 1.) retour au texte

  12. [le hasard total] unguided purposelessness - See Carl Wieland, 'Darwin's real message: have you missed it?', Creation magazine, Vol. 14 No. 4, September-November 1992, pp. 1618; also Don Batten, 'Darwin's Contribution', Creation magazine, Vol. 17 No. 4, September November 1995, p. 25 retour au texte

  13. [L'Origine des Espèces] Origin of Species - Charles Darwin a écrit de nombreux autres ouvrages et articles, parmi lesquels les plus connus sont probablement 'La Descendance de l'Homme' et 'La sélection liée au Sexe', publiés en 1871 et traitant de l'évolution. retour au texte

  14. [le meurtre de Dieu] murder of God - Ian Taylor, In the Minds of Men, TFE Publishing, Toronto, 1984, p. 126. retour au texte

  15. [l'incrédulité] disbelieve - p. 278. Etonnament, Darwin poursuit : "Mais je n'étais vraiment pas désireux d'abandonner ma foi; je suis sûr de celà, car je me souviens très souvent [sic] de m'être imaginé la découverte de vieilles lettres échangées par des Romains distingués, de manuscrits trouvés à Pompéi ou n'importe où ailleurs, qui auraient prouvé de la plus brillante manière le contenu des Evangiles. Mais, en laissant le champ libre à mon imagination, je trouvai de plus en plus difficile d'inventer une évidence qui eût suffit à me convaincre. Alors l'incrédulité s'emparât lentement de moi, et finit par m'envahir entièrement, mais cela se fît si progressivement que je n'en érpouvai aucune angoisse."retour au texte

    Darwin: The Life of a Tormented Evolutionist.
  16. [à l'âge de quarante ans] forty years of age - Adrian Desmond and James Moore, Darwin: The Life of a Tormented Evolutionist, Michael Joseph, London, 1991, p. 658. retour au texte

  17. dépérissait lentement withered gradually - James Moore, The Darwin Legend, Baker Books, Michigan, 1994, p. 46. retour au texte

  18. [fièvre bilieuse] Bilious Fever - Ref. 15, p. 384. retour au texte

  19. consolation - Ref. 1, Vol. 1, p. 348. (C. Darwin to W. D. Fox, April 29, 1851). retour au texte

  20. [le seul conseil] Darwin's only appeal - ibid, Vol. 1, p. 355. (C. Darwin to W. D. Fox, August 10, 1853). retour au texte

  21. Erasme - Bien qu'Erasme soit décédé sept ans avant la naissance de Charles, ce dernier était indéniablement bien informé de ses vues libérales et de ses écrits à propos de l'évolution. Charles lût le livre Zoonomia (écrit par Erasme) à deux reprises, d'abord durant sa jeunesse et “une seconde fois après dix à quinze ans” (Ref. 1. Vol. 1, p. 34).retour au texte

  22. [libres penseurs] freethinkers - Ref. 8, p. 10 retour au texte

  23. [doutes religieux] religious doubts - Ref. 15, p. 256. retour au texte

  24. [doctrine condamnable] damnable doctrine - Ref. 8, pp. 10, 318 retour au texte

  25. convictions - Ref. 1, Vol. 1, p.281. retour au texte

  26. [Fils de Dieu] Son of God - Ref. 15, pp. 634-35. retour au texte

  27. [s'évanouir] go away - Ref. 1, Vol. 1, p. 285 footnote. retour au texte

  28. Joseph Hooker - Ref. 16, p.46. retour au texte

  29. [cimetière de Down] Down graveyard - Pour le récit de la maladie de Darwin, qui perdura pendant presque toute sa vie, voir Russell Grigg, 'Darwin's Mystery illness', Creation magazine, Vol. 17 No. 4, September-November 1995, pp. 28-30. retour au texte

  30. [agnosticisme] agnosticism - En 1881, lors d'une rencontre avec Ewdard Aveling (beau-fils de Karl Marx) et Ludwig Büchner, Darwin dit qu'il préférait être qualifié d'agnostique. Ref. 1, Vol. 1, p. 286. retour au texte

  31. [l'obscurité des ténèbres] blackness of darkness - Jude 13. retour au texte

  32. récits d'une conversion de Darwin sur son lit de mort] Darwin deathbed conversion stories - James Moore, The Darwin Legend, Baker Books, Grand Rapids,Michigan, 1994, pp. 94, 113-114, 117, 144-146, 167. retour au texte Après la mort de l'Amiral Hope en 1881, Lady Hope épousât T. A. Denny, un “philanthrope porcin”, en 1893, mais préférât garder son nom et son titre antérieurs (pp. 85; 89-90).

  33. Down House trouvait l'origine de son nom dans l'ancienne orthographe du village de Darwin, qui fût ensuite changé en Downe au milieu de dix-neuvième siècle, pour éviter toute confusion avec County Down situé en Irelande du Nord. Source: Ref. 1, p. 176.retour au texte.

  34. Watchman Examiner, Boston, August 19, 1915, p. 1071. Source: Ref. 1, pp. 92–93 and 190. retour au texte.

[ Si cette information vous a aidée, veuillez considérer dans la prière un don afin d'aider à payer les dépenses encourues afin de vous aider, vous et votre famille, à affermir votre foi! Les dons sont déductibles dans certains pays. ]

Traduction: Virginie Thémans

Auteurs: John M. Brentnall et Russell M. Grigg, dans Creation Ministries International.

Copyright © Text 2002, Creation Ministries International, Tous Droits Réservés - exceptés comme notés sur la page jointe “Usage and Copyright” page qui accorde aux utilisateurs ChristianAnswers.Net des droits larges pour employer cette page dans leur foyer, dans leur témoignage personnel, dans des églises et des écoles. Illustrations and layout copyright, 2000, Films for Christ

ChristianAnswers.Net/francais
Christian Answers Network
PO Box 1167
Marysville WA 98270-1167 USA        

Creation et la Bible ChristianAnswers.Net
CAN Home
Shortcuts
Christian Answers Network HOMEPAGE and DIRECTORY